La dépouille de Tshisekedi n’ira finalement pas à Kinshasa ce samedi

La famille s’y oppose après avoir accepté dans un premier temps.  Ce revirement n’est pas du goût du gouvernement qui s’est investi dans le rapatriement de la dépouille du vieil opposant.

L’autorité de la ville de Kinshasa, André Kimbuta Yango, a ordonné illico l’arrêt des travaux au cimétière de la Gombe. Le même Kimbuta avait annoncé une semaine plus tôt l’inhumation du défunt leader contestateur de l’Udps dans ce cimétière du centre-ville de Kinshasa. Un espace de 500 m2 était spécialement amenagé pour le disparu. Des ouvriers avait commencé à y travailler.

La famille Tshisekedi s’était montrée coopérante dans un premier temps au point d’affirmer qu’elle se pliait à la volonté des autorités congolaises qui venaient justement de signer un arrêté pour ce faire. Qui a donc dit que les paroles s’envolent et que les écrits restent? Difficile de nos jours de pouvoir nier sa propre parole. Tant la technologie moderne nous enregistre faits et gestes au quotidien.  La famille Tshisekedi vient d’opérer un revirement à 180 degré.  Un retour à ses fondamentaux.  Elle exige donc, ni plus ni moins, que le rapatriement du corps d’Etienne Tshsiekedi soit conditionné par la nomination, par le président Joseph Kabila, d’un premier ministre qui ne serait autre que Félix Tshisekedi Tshilombo, le fils de son père.  La famille veut également faire enterrer Tshisekedi  dans l’enceinte même de la permanence de son parti, l’Udps, à Kinshasa-Limeté, où devrait être érigé aussi un mausolée en son honneur.

Cela en fait trop, du côté du gouvernement qui garde tout de même son calme.  Ce jeu du chat et de la sourris dure depuis un peu plus d’un mois.  Un rapatriement qui prend de plus en plus des allures d’une palabre africaine assez risible aux yeux des personnes avisées.  Au Congo, on dénonce surtout cette mesquinerie à vouloir monayer la dépouille d’Etienne Tshisekedi  avec des postes ministériels.

Cette fois, Lambert Mende Omalanga n’a pas voulu faire des commentaires sur ce nouveau revirement des tshisekedistes. Le porte-parole du gouvernement regrette toutefois qu’on ait fait faire des dépenses à l’état pour annuler en fin de compte un programme défini de commun accord avec le pouvoir en place.

Les proches de Tshisekedi disent craindre notamment que la tombe du vieil opposant soit profanée dans ce cimétière de la Gombe désaffecté depuis des années.

©deboutcongolais.eu/03/08/2017